La Dame de pique

Argument

 

Acte I

Scène 1

Des enfants jouent dans un parc en été. Deux officiers, Sourine et Tchekalinski, entrent. Le premier se plaint de son peu de chance aux jeux d'argent. Le second observe qu'un autre jeune officier, Hermann, semble attiré par les tables de jeu mais n'ose jamais parier. Hermann converse avec Tomski, qui lui fait remarquer qu'il n'est plus lui-même ces temps-ci. Hermann avoue qu'il est épris d'une jeune fille de haut rang dont il ne connaît pas même le nom. Le Prince Yeletski se promène dans le parc, et Tchekalinski en profite pour le féliciter à propos de ses fiançailles récentes. Yeletski déclare son bonheur, tandis que Hermann, en a parte, le maudit jalousement. Yeletski aperçoit sa fiancée, Lisa, une jeune fille élevée sous la tutelle de sa grand-mère la Comtesse, qui se promène avec elle. Dite autrefois la Vénus de Moscou, la Comtesse est réputée pour sa grande chance au jeu. Ayant aperçu Hermann, les deux femmes constatent qu'elles l'ont déjà vu et l'observent avec effroi. Hermann réalise que Lisa est la belle inconnue qu'il aime. Les deux femmes partent avec Yeletski, laissant Hermann perdu dans ses pensées, tandis que les trois autres officiers parlent de la Comtesse, surnommée la Dame de Pique. Tomski leur en raconte la légende. Dans sa jeunesse, ayant vécu quelque temps en France, elle tenait sous son charme la cour de Louis XV. Elle avait gagné aux jeux de Versailles, grâce à un secret dont le Comte de Saint-Germain lui fit part en échange de ses faveurs amoureuses  : le secret « des trois cartes ». Les jouer, c'était s'assurer la fortune. D'après Tomski, seuls deux hommes en ont appris le secret  : son époux, et plus tard, un amant. Elle eut peu après une apparition qui l'avertit de prendre garde lorsque le troisième prétendant viendrait lui réclamer le secret. Les deux autres officiers rient de l'histoire et suggèrent que la combinaison des trois cartes pourrait résoudre les problèmes de Hermann. Celui-ci y réfléchit sérieusement  : il deviendrait riche et pourrait épouser celle qu'il aime. L'orage approche, et tous s'en vont, sauf Hermann. Il se jure de connaître le secret de la Comtesse.

Scène 2

Le soir, chez elle, Lisa joue de l'épinette et chante avec son amie Pauline un duo sur les soirées à la campagne. Leurs amies en redemandent, et Pauline entame une romance sombre et douloureuse. Mais elle s'empresse de changer de sujet, et les jeunes filles chantent un joyeux air populaire. Au milieu des réjouissances, Lisa reste à l'écart, pensive. La gouvernante les surprend, leur reproche de s'être laissées aller à des chansons inconvenantes et demande aux visiteurs de prendre congé. Pauline, la dernière à partir, veut réconforter Lisa, qui répond qu'après l'orage, elle ne pourra que passer une belle nuit, et demande à sa domestique Masha de laisser les fenêtres du balcon ouvertes avant de partir. Seule, Lisa pense à ses fiançailles et exprime son malheur et sa déception. Elle était émue par le regard romantique du jeune homme dans le parc. À sa grande surprise, Hermann apparaît sur le balcon. Il lui déclare qu'il est sur le point de se suicider, tant les fiançailles de Lisa lui font de peine. Il la supplie de prendre pitié de lui. La Comtesse frappe à la porte, Lisa cache Hermann dans la chambre et ouvre la porte à sa grand-mère, qui lui dit de fermer les fenêtres et d'aller se coucher. La Comtesse se retire, et Lisa demande à Hermann de partir, mais elle est trahie par ses émotions et lui avoue son amour.

 

Acte II

Scène 3

Peu de temps après, lors d'un bal masqué, les camarades d'Hermann parlent de son obsession pour le secret des trois cartes. Yeletsky marche avec Lisa, et remarque sa tristesse. Il l'assure à nouveau de son amour. Hermann reçoit un billet de Lisa, l'invitant à la rencontrer plus tard. Sourine et Tchekalinski se glissent derrière lui, marmonnent qu'il est le troisième prétendant au secret de la Comtesse et disparaissent dans la foule. Hermann pense avoir été la proie d'une hallucination. Le Maître des cérémonies annonce un spectacle de bergeries. Lisa donne discrètement à Hermann la clé des appartements de sa grand-mère, qui n'y sera pas le lendemain, afin qu'ils puissent se rencontrer. Mais Hermann insiste pour lui rendre visite le soir même. Avec le sentiment que le destin lui livrera le secret de la Comtesse, il part. Les invités se préparent à l'arrivée imminente deCatherine la Grande. Ils jouent et chantent pour elle une polonaise d'Ossip Kozlovski en hommage.

Scène 4

Hermann entre dans la chambre de la Comtesse. Il admire l'un de ses portraits de jeunesse. Leurs destins sont liés, il le sent. L'un mourra à cause de l'autre. Il se cache alors que la vieille Comtesse approche. Elle déplore les manières de son temps et évoque ses souvenirs de jeunesse. Ses domestiques partent. Elle chante (en français) l'air de Laurette « Je crains de lui parler la nuit » extrait de l'opéra Richard Cœur de Lion d'André Grétry. Elle s'assoupit, et Hermann s'approche d'elle. Elle se réveille en proie à la terreur et à l'horreur. Il l'implore de lui livrer son secret. Elle reste sans voix. Il se désespère et la menace de son pistolet. Elle meurt d'effroi. À ce moment-là, Lisa se précipite dans la chambre, et pense découvrir que celui qu'elle aimait n'était intéressé que par le secret de sa grand-mère. Elle le somme de partir et pleure.

 

Acte III

Scène 5

Dans sa chambre à la caserne, tandis qu'au-dehors le vent d'hiver hurle, Hermann lit une lettre de Lisa qui veut le revoir à minuit sur le quai. Il croit entendre un chœur psalmodier aux funérailles de la Comtesse. On cogne au carreau. Il est pris de peur. Le fantôme de la Comtesse apparaît, et annonce qu'elle doit contre sa volonté lui livrer le secret pour qu'il puisse épouser Lisa et sauver son honneur. Abasourdi, Hermann se répète les trois cartes  : trois, sept, as.

Scène 6

Au bord du Canal d'Hiver (le Canal Zimni), Lisa attend Hermann. Il est presque minuit, et si elle espère toujours désespérément qu'il l'aime encore, elle sent sa jeunesse et sa joie disparaître. Il arrive enfin, mais après quelques mots de réconfort, il recommence à évoquer la Comtesse et ses cartes. Puis dans un accès de folie, il ne reconnaît même plus Lisa et la quitte brutalement. Elle se rend compte que tout est perdu pour elle et se jette dans les eaux glacées de la Néva.

Scène 7

Dans un casino, les camarades d'Hermann finissent de souper et se préparent à jouer au pharaon. Yeletski se joint au jeu car ses fiançailles ont été brisées  : « Les malchanceux en amour ont de la chance au jeu ». Tomski les distrait avec une chanson. Puis Tchekalinski entame un air traditionnel sur le jeu. Alors qu'ils s'apprêtent à jouer, ils sont surpris de voir arriver Hermann, délirant et éperdu. Yeletski sent qu'une confrontation se prépare et demande à Tomski d'être son témoin si un duel devait avoir lieu. Hermann, absorbé par les paris, commence avec 40 000 roubles. Il mise sur le trois et gagne, effrayant les autres joueurs par son expression maniaque. Il mise sur le sept et gagne à nouveau. Pour fêter cela, il prend un verre de vin et déclare que la vie n'est qu'un jeu. Yeletski accepte de le défier au prochain tour. Hermann mise sur l'as mais Yeletski joue la carte gagnante  : la dame de pique. Hermann devient fou : il aperçoit le fantôme de la Comtesse et se tue au pistolet. Avant de mourir, il demande pardon à Yeletski et à Lisa. Les autres prient pour son âme tourmentée.

Programme et distribution

Acheter des billets
Novembre 2019 Next
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di

Théâtre Bolchoï

Le théâtre Bolchoï (en russe : Большой Театp, « Grand Théâtre ») est une scène prestigieuse de Moscou, en Russie. Situé non loin du Kremlin, des pièces de théâtre, des opéras et des ballets y sont représentés.

Le théâtre Bolchoï, rénové plusieurs fois depuis sa construction, est un symbole de Moscou et de la Russie.

 

Le 28 Mars (17 selon le vieux style) 1776, Catherine II a autorisé le Procureur, le prince Piotr Urusov, le «privilège» de «maintien» des spectacles de théâtre de toutes sortes, incluant des déguisements, ballons et autres formes de divertissement, pour une période de dix ans. Et il est de cette date que le théâtre Bolchoï de Moscou traces de son histoire.

Le bâtiment du Bolchoï, qui depuis de nombreuses années a été considéré comme l'un des principaux sites touristiques de Moscou, a été ouvert le 20 Octobre 1856, le jour du couronnement du tsar Alexandre II.

Le 29 Octobre 2002, le Bolchoï a donné une nouvelle étape et il était là, il a présenté ses performances au cours des années, l'étape historique a été en cours de reconstruction massive et rénovation.

Le projet de reconstruction a duré de l Juillet 2005 au 28 Octobre 2011. A la suite de cette reconstruction, de nombreuses fonctionnalités perdus du bâtiment historique ont été rétablis et, en même temps, il a rejoint les rangs de la plupart des bâtiments de théâtre techniquement équipés dans le monde .

Le Théâtre du Bolchoï est un symbole de la Russie de tous les temps. Il a reçu cet honneur en raison de la contribution importante qu'il a fait à l'histoire des arts de la scène russe. Cette histoire est en cours et aujourd'hui artistes Bolchoï continuent à contribuer de nombreuses pages lumineuses.

 

Une partie intégrante des activités du Théâtre est la présentation de concerts symphoniques et de chambre de travaux, et d'opéras en version de concert, ainsi familiariser le public avec des œuvres de tous les genres musicaux.

Maintenant que le Théâtre du Bolchoï a deux étapes à sa disposition, l'un d'eux son stade historique légendaire qui est enfin de retour sur, il espère accomplir sa mission avec un degré encore plus de succès, étendant progressivement la sphère de son influence à la maison et dans le monde entier.


Voiture

rue Mokhovaya

Si vous êtes sur la rue Mokhovaya, continuez tout droit, pas de désactiver ce, jusqu'à ce que vous atteignez la Place du Théâtre, où le Théâtre du Bolchoï est situé.

rue Tverskaya

Si vous vous déplacez vers le bas Tverskaya, dans la direction du centre, vous vous retrouverez automatiquement sur Teatralnyi Proezd rue menant au Théâtre du Bolchoï.

rue Petrovka

Si vous êtes sur la Petrovka, qui est une rue à sens unique, vous serez en mesure de conduire jusqu'à l'Theatre.

Métro

Prendre le métro à Teatralnaya (sortie Théâtre du Bolchoï) ou ryad Okhotnyi (sortie Place du Théâtre).

Événements associés